Au commencement du temps, avant qu'il ne s'emballe.
L'immensité du monde n'a
d'égal que sa beauté absurde,
primitive.
Photo16_15
2
pour tenter de comprendre.
Il s’arrête
Dans cet instant précis de l’Evolution dont
il ne sait encore rien, il marche, regarde,
ressent.
Ailleurs,
elle erre dans le silence du pigment,
sous la ligne du vent.
3
Sauvage,
sensuelle.
Photo03_4
Il regarde.
Avec les yeux et avec l’âme.
4
C’est trop
beau et complexe
pour comprendre.
5
Libre, elle caresse cette Nature
dont elle est une version
précise dans le temps et
l’espace.
6
Elle est une ombre cachée dans
le passage du temps.
9
10
Plus ils observent, plus ils
découvrent la poésie du
pigment,
les vibrations de lumière.
13
Les odeurs qu’échangent les
arbres philosophes,
dont le lent mouvement leur est
imperceptible.
14
15
Sur ce théâtre sauvage, ils divaguent.
Se cherchent-ils?
16
17
Ils s’espèrent, figés dans le graphisme
présent partout, autour d’eux et en eux.
20
Sur l’échelle du temps, ils naviguent en étincelles insignifiantes
et pourtant essentielles.
21
Ensemble, ils pourraient rendre
immortelle cette harmonie
naturelle.
22
23
24
25
Pour encore la regarder, la
protéger.
26
27
28
Ensemble, seulement.
29